Archives de avril 2012

Bon anniversaire Israël !


Il y a quelques jours, Israël fêtait son 64ème anniversaire.

Après avoir honoré tous ceux qui ont donné leur vie pour la défense du pays, le peuple d’Israël, et plus largement la majorité du peuple juif, est passé du souvenir à l’avenir !
Dans tous les foyers et dans toutes les rues, chacun regarde avec fierté ce qu’est devenu ce désert concédé, en 1948 par les nations honteuses, à ce peuple juif prêt à tout pour vivre et enfin devenir maître de son destin.

Malgré les haines, les trahisons, les guerres et les attentats, Israël a grandi, prospéré et a transformé les marécages en terres agricoles, le désert en jardin et a fait des enfants de la Shoa, des bâtisseurs et des combattants que le monde, malgré lui, admire.

Quelle belle réponse à tous les antisémites que de voir cette belle jeunesse israélienne, étudier, servir dans Tsahal et réussir !

Les 6 millions de nos frères massacrés dans l’indifférence la plus grande, ont aujourd’hui des enfants et des descendants.
Leurs âmes, leurs noms et leurs visages, que la haine voulait à tout jamais effacer, sont aujourd’hui présents derrière chaque grain de sable, chaque fleur, chaque bâtiment, chaque hôpital, chaque université, chaque enfant …
Du néant imposé par le silence des nations, le peuple juif à recréé l’espoir.
Des ténèbres, il a fait renaître la lumière et par sa volonté et sa croyance, il montre chaque jour sa volonté de vivre et d’exister.

Pas un d’entre-nous ne doit se sentir étranger à ce miracle.
Pas un d’entre-nous ne doit oublier.

Nous sommes tous les héritiers et les gardiens de cette terre et de notre histoire.

Où que nous soyons, où que nous vivions et quelles que soient nos différences, nous devons faire corps avec Israël.
Nous devons tout faire pour renforcer et faire comprendre ce jeune état, qui en 64 ans et malgré les guerres qui lui ont été imposées, est la seule démocratie du moyen orient.
Nous devons le soutenir face aux négationnistes et leurs complices.
Comme l’a déclaré Élie Wiesel, nous pouvons vivre loin d’Israël, mais pas sans Israël.
Bon anniversaire à l’état d’Israël et à son peuple !
Que la lumière de sa capitale éternelle, Jérusalem, éclaire l’humanité et la préserve de l’obscurantisme qui, à chaque génération, cherche à semer la mort et la désolation.

Gil Taïeb
http://www.giltaieb2012.fr

Publicités

Publié 29 avril 2012 par gt2012 dans Mes prises de position

Tag(s) associé(s) : ,

Je reste et demeure indépendant et ne donnerai aucune consigne de vote mais…!

Message du docteur Gil TAIEB

Comme vous le savez je suis un candidat indépendant.

J’ai choisi cette liberté pour ne rien devoir à un parti politique.
Mon parti c’est vous.

Je reste et demeure indépendant et ne donnerai aucune consigne de vote.

Toute mon action de bénévole a été guidée par le souci d’aider l’autre, en allégeant, autant que faire se peut, ses souffrances et difficultés !

En revanche, ma voix, lors de la prochaine élection présidentielle, et mon choix, demain si vous m’élisez député, se feront en fonction de certains principes fondamentaux qui guident mon action depuis trente ans :

Travailler pour une France plus solidaire, plus juste et humaniste qui ne fera pas du seul profit le maître incontesté de l’avenir de nos enfants.
Œuvrer pour une France tolérante et ouverte mais intransigeante vis-à-vis du racisme, de l’antisémitisme et de son visage, l’anti sionisme, qui perturbe depuis plus de dix ans la vie des juifs de France.
Agir pour une France forte luttant sans merci contre l’intégrisme qui met en danger les valeurs fondamentales de la République, une France dans laquelle chaque citoyen à des devoirs, avant d’exiger des droits.
Défendre une France qui maintiendra le lien entre le droit de vote et la citoyenneté.
Renforcer une France qui remettra l’éducation et la formation au centre de nos préoccupations pour préparer les futures générations, et lutter contre le fléau du chômage, une France qui offrira à chacun de ses citoyens la sécurité et un droit au logement.
Mon action portera une attention toute particulière à l’action internationale de notre pays, et je défendrai :

Une France forte qui ne se taira pas devant les dictateurs et ne cédera pas devant les ennemis de la liberté.
Une France forte qui saura affirmer ses principes démocratiques, et ses alliances.
Une France engagée aux côtés de ses concitoyens qui ont choisi de vivre en Israel, en Italie, en Grèce, en
Turquie,à Chypre ,à Malte,à San Marin ou au Vatican
et qui doivent pouvoir le faire sereinement, tant sur
le plan économique que sur le plan de la stabilité politique. Ceci est mon principal objectif pour les
Français de la Méditerranée Orientale que je
souhaite représenter.
Une France qui défendra les valeurs communes qu’elle partage avec l’Etat d’Israël, seule démocratie du moyen orient, et facilitera l’accession d’Israël à l’organisation de la francophonie.
Une France qui œuvrera dans la promotion de la paix, en soutenant Israël, dans son droit légitime à la sécurité, et dans sa demande de reconnaissance de Jérusalem comme capitale une et indivisible.
Une France qui luttera contre la désinformation et toute tentative de boycott d’Israël.
Ces éléments sont les principes qui guideront mon choix.
Conscient de la difficulté de ce combat, mon vote se fera non seulement à travers les déclarations de principes et les promesses, mais avec lucidité.
Il tiendra compte des actes, des déceptions et des trahisons.
Il tiendra surtout compte des alliances qui se dessinent.
Je ne pourrai jamais voter pour ceux qui font de l’indigné sélectif, Stéphane Hessel, une icône.
Mon choix sera de me rallier à celui qui représentera le plus ces valeurs et non pas de m’allier à un des candidats.

Soucieux de garder mon indépendance indispensable à mieux défendre ceux qui m’auront élu…Libre je suis, libre je resterai…pour rappeler ses promesses à celui qui sera élu à la Présidence de la République.

Docteur Gil TAIEB

Publié 18 avril 2012 par gt2012 dans Mes prises de position

Gil Taieb : « Nous devons refuser la fatalité. »

Mes chers compatriotes,

L’année 2012 qui bien sûr s’annonce difficile avec un chômage, une dette et des déficits qui augmentent est une année déterminante car c’est une année d’élections.

Alors que nous assistons déjà à la valse des promesses et des propositions en cette période de récession, l’heure est au bilan.

Les futurs électeurs que vous êtes ont les moyens de changer les choses et nul ne peut vous confisquer ce pouvoir.

Nous devons refuser la fatalité. Ne laissons pas se creuser l’écart entre les plus riches et les plus pauvres. Les inégalités s’approfondissent et nous le voyons tous les jours. Nous avons à l’esprit des richesses indécentes et des pauvretés insupportables.

Partout, les peuples s’inquiètent et se demandent ce que sera leur lendemain. Les valeurs essentielles sont malmenées et les repères balayés :

– Le travail ne protège plus de la précarité.

– Se soigner n’est plus une évidence ou un droit naturel

– Se loger est une lutte voire pour certains un luxe. Comment admettre que nombreux sont ceux qui bien que travaillant ne peuvent avoir un toit.

– L’ égalité face au savoir n’est plus respectée et trop nombreux sont ceux qui ne peuvent poursuivre des études faute de moyens.

– La fraternité est malmenée et la liberté en danger.

Nous devons retrouver et brandir nos valeurs en étendard.

Les années à venir se doivent d’ être des années de changement des mentalités et de l’engagement.

Des décisions fortes mais essentielles seront à prendre et des sacrifices nécessaires seront demandés.

Tout est possible si chacun sait que son sacrifice ne sera pas vain.

La solidarité pour le bien du plus grand nombre et non pas pour un petit groupe.

Il faudra dire la vérité, dire ce que l’on va faire et surtout faire ce que l’on va dire.

Face à cette crise, il va falloir du courage et de l’ambition ; du courage face aux puissances de l’argent qui jouent avec notre planète et une finance mondiale sans contrôle, du courage face aux banques centrales et aux agences de notations. Les peuples ne peuvent être les boucs émissaires des erreurs et du laxisme de leurs dirigeants. En Grèce et en Italie, ils ne doivent pas être les accusés alors qu’ils sont les victimes d’un système qui les a trahis et qui aujourd’hui leur impose des sacrifices.

Du courage face à un monde qui voit se développer les extrémismes et les ennemis de la démocratie, du courage en politique étrangère et dans le choix de nos alliances stratégiques.

Ne pas se taire face aux massacres au Soudan, aux attentats contre les chrétiens d’Orient et au Nigeria ou au terrible sort fait aux femmes dans les régimes islamistes.

Il va falloir que la France reconnaisse les nations qui partagent ses mêmes valeurs de démocratie, de liberté, d’égalité et de fraternité.

La France ne peut tourner le dos à Israël, seule démocratie du moyen orient.

La France et le peuple français se doivent de rejeter avec force tous les manipulateurs et

falsificateurs qui dénigrent au peuple juif son histoire et sa terre.

La Paix ne peut se construire sur le mensonge et la menace.

2012 doit être l’année de la vérité et de l’action. La France des partis n’est pas la France. Depuis 20 ans, j’agis dans le domaine social, culturel et politique et ce en toute indépendance. Je suis un homme de convictions, humaniste et engagé. Je vous serai fidèle, comme je l’ai toujours été depuis plus de 20 ans à travers tous mes combats.

Je m’engage à continuer et à me mettre au service de tous mes concitoyens.

Élu, je défendrais à l’assemblée mes convictions et mon programme avec comme seul objectif réussir pour vous.

Ensemble, soyons vigilants, engagés, libres, indépendants et optimistes.

Nous allons nous en sortir et réussir.

J’ai confiance en vous et en notre capacité de faire bouger les choses.

L’ avenir doit être celui que nous aurons voulu et non pas celui que certains veulent nous imposer. Refusons ensemble la fatalité et redonnons à la politique ses lettres de noblesse.

En me rejoignant, vous rejoignez une équipe soudée et vous choisissez une France forte et le changement.

Vous choisissez la Liberté.

Docteur Gil TAIEB

Candidat aux élections législatives dans la 8 eme circonscription des français de l’étranger

Gil Taïeb
http://www.giltaieb2012.fr

Publié 18 avril 2012 par gt2012 dans Mes prises de position

« La véritable source et définition de la politique est celle qui vient du terrain » (Interview de Gil Taïeb pour lepetitjournal.com)


En juin prochain, les Français de Grèce voteront pour le député qui les représentera désormais à l’Assemblée nationale. Le petitjournal.com (Le media des Français et francophones à l’étranger) a rencontré Gil Taieb, candidat indépendant, Docteur en Chirurgie Dentaire et homme d’action, d’engagement humanitaire et de culture, créateur, entre autres, du festival de création artistique Onze Bouge

Lepetitjournal.com : Vous vous présentez aux législatives 2012. Qu’est ce qui a motivé votre candidature ?
Gil Taieb: Je n’ai pas de parcours politique comme on l’entend, c’est à dire que je n’appartiens pas à un parti et je ne me suis jamais présenté à des élections à titre personnel. Mais j’ai un parcours politique dans le sens où mon action, depuis 20 ans, dans le domaine associatif, social et culturel est une politique de terrain. J’ai été amené à rencontrer de nombreuses personnalités dans le domaine social, culturel, économique, et aussi dans le domaine de la santé pour mener à bien toutes les actions que j’ai entreprises, et les missions qui m’ont été confiées. J’ai aussi accompagné des personnalités politiques lors de leurs élections pour les conduire à la réussite.
C’est, pour moi, là, la véritable source et définition de la politique, celle qui vient du terrain. A force de travailler sur le terrain et de prendre des responsabilités, il me semble que c’est la suite logique de saisir cette opportunité qui nous est offerte aujourd’hui d’être élu pour défendre les Français de l’étranger dans cette circonscription avec laquelle j’ai des attaches.

Vous sentez-vous légitime pour représenter les Français des pays de cette zone ?
La légitimité voudrait être associée à l’appartenance à un parti politique ou une machine politique. Or je pense qu’elle vient de votre travail, de vos réalisations. Le député est un élu de terrain, un élu de proximité. Il doit entendre, connaître et trouver les bonnes solutions, en étant toujours proche de ceux qu’il va représenter. Dans cette circonscription, il y a un ensemble de problématiques communes à tous les Français mais aussi une situation géopolitique particulière. Des défis communs seront à relever. Tout cela donne une cohérence dans laquelle je me reconnais.

D’après vous, qu’attendent particulièrement les Français de Grèce de leur futur député ?
Sur l’ensemble de la circonscription et sur l’ensemble des pays du monde, les problématiques sont liées en général à 3 questions récurrentes et essentielles.
– L’aspect social, concernant par exemple, les aides liées à des situations bien particulières. Dans notre circonscription, il y a les pertes d’emploi compte tenu de la crise économique, ses effets secondaires avec de nombreuses familles recomposées et le problème des femmes seules avec enfants qui ont perdu tout lien avec la France…
– Le domaine éducatif. Les critères de sélection pour l’obtention des bourses est aujourd’hui à revoir, compte tenu de certaines urgences. En Grèce précisément, on sait que la dotation d’une bourse est faite en fonction des revenus déclarés l’année précédente. Or je ne suis pas sûr, dans la situation actuelle, que ces revenus soient les mêmes cette année. Du coup, certains ne pourront pas payer la scolarité de leurs enfants, qui ne pourront poursuivre leur apprentissage en français.
– Le problème des retraites. Certains ont besoin d’une revalorisation de leur retraite, d’une complémentarité par rapport à celle qu’ils touchent en Grèce.

Avec la crise, il me semble que beaucoup de français de l’étranger se retournent vers la France pour avoir des solutions, des aides et des contacts.
Et le rôle du député est d’intervenir sur ces phénomènes d’urgence liés à une instabilité totale. Trouver des solutions communes et spécifiques, mais aussi faire le lien entre les différents pays, dans le domaine économique et culturel.

Si vous êtes élu, comment organiserez-vous votre présence en Grèce ?
Personne n’a le don d’ubiquité, donc je ferai en sorte d’avoir, dans chaque circonscription, des gens qui me seront attachés et qui viendront me ramener l’information. Il y aura, dans chaque pays, une, deux ou trois personnes que je nommerai. Des locaux, vraisemblablement impliqués dans le milieu associatif, qui, de par leur vécu et leur savoir, pourront me communiquer les besoins et me mettre en action pour pouvoir régler les problèmes. Je veux que les gens aient une adresse et un numéro de téléphone qu’ils puissent joindre tout le temps pour parler de leurs problèmes. En Israël, c’est ce que j’ai déjà fait et, ici, je suis déjà en contact avec des associations qui ont exprimé l’idée de travailler éventuellement avec moi.

Propos recueillis par Delphine Millet Prifti (www.lepetitjournal.com/athenes.html) Mercredi 28 mars 2012

Publié 18 avril 2012 par gt2012 dans Revue de presse

Tag(s) associé(s) : , ,

Rien ni personne ne nous fera redevenir esclaves


Alors que nous sortons à peine de la fête de Pessah qui rappelle au peuple juif sa libération de l’esclavage, son alliance avec l’Eternel et son droit sur Eretz Israel, certains lui contestent encore son droit sur la terre de ses ancêtres.
Les pharaons d’Egypte du passé se sont mutés en tyrans de Téhéran et leurs troupes sont aujourd’hui composées de militants antisémites habillés du masque de l’anti-sionisme.
Au nom d’un combat pour la liberté pour un peuple inventé, ils font tout pour empêcher le peuple juif d’avoir sa terre et sa capitale éternelle.
Pour la deuxième fois, c’est par les airs que ces perturbateurs veulent s’attaquer à la souveraineté d’Israël et violer le sol de la seule démocratie d’un Moyen Orient au bord de l’explosion générale.
Aveuglés par leur haine, ils n’ont de cesse d’attaquer et de boycotter tout ce que produit ou réalise ce jeune état qui devrait forcer l’admiration.
Faisant fi des milliers de morts en Syrie, ils n’ont qu’une obsession, salir l’image d’Israël.
Au nom d’une soi-disant liberté, ils piétinent celle de tous ces peuples qui à travers le monde souffrent de l’islamisme intégriste qui massacre au Soudan au Burkina Fasso et au Mali.
Ils ne disent mot face aux milliers de corps sans vie ou mutilés qui jonchent les rues de ces pays abandonnés de tous.
Ils piétinent ces milliers de malheureuses victimes de ces tyrans qui continuent leur épuration.
Pas une manifestation n’est organisée dans les capitales de monde par tous ces tiers-mondistes et gauchistes toujours prêts à vilipender Israël.
Pas un mot de nos indignés.
Pas une seule mission humanitaire.
Pas une seule flotille maritime ou aérienne pour aller porter secours à ces hommes, ces femmes et ces enfants.
Non ! rien que ce silence complice qui comme par le passé, reconnaîtra sa responsabilité lorsqu’il sera trop tard.
Face à ce silence, cette collaboration et ce danger, il n’y a qu’une réponse: la justice, la force et la fermeté.
Tout doit être fait afin de les empêcher de nuire !
Bravo aux compagnies aériennes qui ne les ont pas laissé monter à bord respectant ainsi le droit international.
Bravo à l’état d’Israël de ne rien tolérer qui vienne mettre en danger ou en question sa sécurité.
Honte à ces militants de la haine, à ces complices des terroristes, à ces falsificateurs
et manipulateurs de l’histoire.
Honte à ces Indignés sélectifs et à leur icône Stéphane Hessel.
Honte à ceux qui les soutiennent comme à ceux qui recevant Salam Hamouri, font de ces ennemis d’Israël, des symboles qui demain donneront naissance à d’autres terroristes et Mohamed Merah.
Il y a des millénaires, le peuple juif sortait de l’esclavage et aujourd’hui, rien ni personne ne l’y fera retourner.
Il a 64 ans, il retrouvait sa terre, rien ni personne ne l’en privera.

Gil Taïeb
http://www.giltaieb2012.fr

Publié 15 avril 2012 par gt2012 dans Mes prises de position

Tag(s) associé(s) : , ,